Saturday, September 15, 2012

Retour de Chiron, retour de bâton ?



Chiron est un astéroïde, ou plutôt, selon les résultats des observations astronomiques, un résidu de comète prisonnier des champs magnétique de Saturne et d’Uranus, entre lesquels il orbite autour du Soleil en près de 51 ans. Voyez cette page Internet intéressante à son sujet : 

http://www.astrosurf.com/d_bergeron/astronomie/Bibliotheque/Chiron/chiron.htm


En astrologie, Chiron est arrivé pendant la période « New Age », puisqu’il a été découvert en 1977 par l’astronome Charles Kowal. C’est d’ailleurs en 1977 que je suis devenu astrologue professionnel ou plutôt semi-professionnel, puisque j’exerçais un autre métier, plus alimentaire, en parallèle.

En astrologie, Chiron a rapidement été associé à la santé et au karma. Il serait représentatif dans un thème d’un « résidu karmique » rapporté d’une vie antérieure, au cours de laquelle on n’aurait pas suffisamment pris conscience de sa santé ou on aurait souffert d’une pathologie lourde dont on rapporterait inconsciemment quelques séquelles…

Dans la mythologie, comme cette image le montre, Chiron était l’un de ces nombreux centaures, créatures mi-homme, mi-cheval, monstres sanguinaires qui peuplaient l’Olympe et donnaient beaucoup de fil à retordre aux dieux de cette période mouvementée de la vie céleste… Chiron était cependant une exception, car il était bon. Il se mit d’ailleurs du côté des dieux pour combattre ses propres congénères avec une efficacité issue de sa connaissance innée des créatures auxquelles il appartenait et d’une quête incessante de connaissances et de perfection dans l’art de la chasse, de la guerre et du combat, sans oublier la médecine et les arts en général, surtout la musique. Un être à mi-chemin entre l’homme et l’animal, mais pour le moins très évolué, il faut l’admettre…

L’aspect santé est celui que je retiendrai aujourd’hui. Chiron fut blessé par mégarde par Héraclès, son allié (c’est ce qu’on appelle de nos jours un « friendly fire ») ne put soigner sa blessure et finit, du fait de la souffrance horrible qu’il endurait, par échanger son immortalité (hé oui, il était immortel !) avec Prométhée http://fr.wikipedia.org/wiki/Prom%C3%A9th%C3%A9e afin de mourir pour apaiser ses souffrances.

Le temps de révolution de Chiron étant de 50,7 ans, et sachant qu’à cet âge il est fréquent de voir apparaître des pathologies lourdes ou des maladies chroniques, l’idée m’est venue d’associer le retour de Chiron sur sa position initiale dans un thème à l’émergence de troubles physiologiques en rapport avec les fonctions et/ou organes représentés par le signe où cet astre se trouvaient au moment de la naissance.

Dans la majorité des thèmes astraux, Chiron est opposé à Uranus. C’est compréhensible d’un point de vue astronomique puisque de notre point de vue sur Terre, ces deux astres sont alignés. On ne peut donc pas se baser sur cet aspect pour en déduire quoi que ce soit de précis au sujet de la santé ; sauf si d’autres astres ou éléments sont conjoints à Uranus ou à Chiron. Par contre, toutes les autres configurations sont utiles pour obtenir une information au sujet du « terrain » et des prédispositions pathologiques, qui peuvent être karmiques, génétiques ou acquises au fil des ans par le mode et l’hygiène de vie à différents niveaux.

Ainsi, une personne qui fume, par exemple, depuis l’adolescence, risque de connaître un « retour de bâton » lors du retour de Chiron, vers la cinquantaine. Il en va de même des personnes qui boivent, qui se droguent, qui mangent trop ou pas assez, qui négligent leur hygiène corporelle, qui se laissent aller, qui ne font pas assez d’exercice, qui souffrent d’une insuffisance cardiaque, respiratoire, intestinale ou autre depuis toujours, et toutes sortes d’autres cas qu’il est inutile d’énumérer ici.

Dans un premier temps, il est important de déterminer dans le thème astral la façon dont Chiron agit et continuera d’agir tout au long de la vie. Sans aller jusqu’à dire que cet astre « mort » a une quelconque énergie qui lui est propre, je pense qu’il émet par réflexion, la combinaison de celles de Saturne et d’Uranus, avec l’aspect perturbateur latent dont ce « mélange savant » est capable quand on connaît l’influence respective de ces deux astres majeurs…

Partons du principe qu’un être humain est capable de vivre bien au-delà d’un siècle. Sans aucune pollution et en respectant à la lettre ce dont l’organisme a besoin pour être en pleine forme, sauf accident, certains scientifiques pensent que nous pourrions vivre plus de cent cinquante ans… Il y a de plus en plus de centenaires. J’en connais personnellement. Souvent, ils sont en vie grâce à la médecine et aux nombreux médicaments qu’ils prennent pour compenser des manques et autres défauts de fonctionnements. J’en connais cependant qui ne sont absolument pas soumis à ce régime allopathique. Ils ont simplement une bonne santé générale et ne se surmènent pas.

La majorité des pathologies lourdes (cancers et maladies dégénératives) se déclarent à la cinquantaine. Si elles sont reliées à l’effet du retour de Chiron, il faut donc absolument prendre en compte la position de cet astre dans un thème afin de contrer son influence de base pour qu’elle ne soit pas à l’origine d’un drame alors qu’on est encore jeune et qu’on peut espérer, d’après les statistiques, vivre encore une bonne trentaine d’années sans trop d’encombres… Pour éviter le retour de bâton, soyons donc à l’écoute de notre corps et de notre esprit, faisons preuve d’intelligence et de sensibilité pour prendre les dispositions qui s’imposent en vue de rester en pleine forme aussi longtemps que possible. Cela nous évitera aussi de faire du mal à ceux qui nous aiment et nous contribueront progressivement à la diminution du trou de la sécurité sociale J… Par ailleurs, nous pourrons être actifs et profiter de la vie plus longtemps, sans avoir à ingurgiter toutes sortes de médicaments pour rester en vie.

Hormis les exceptions, qui tendent à confirmer la plupart des règles, malgré des imperfections parfois génétiques ou parfois karmiques, l’organisme est particulièrement résistant et capable de survivre à bien des agressions (virales, microbiennes, physiques, environnementales, électromagnétiques, radioactives, etc.). Faisons donc en sorte de ne pas en rajouter trop par un mode de vie dont on refuse souvent de prendre conscience ouvertement par fierté mal placée ou parce que l’on se croit plus fort que les autres. A méditer…

A bientôt pour un autre article.

No comments: