Wednesday, February 28, 2018

L'astrologie facile, c'est possible ?


J’enseigne l’astrologie depuis 1982. J’ai appris en autodidacte. Dans les années soixante-dix, j’ai lu un premier livre qui m’a interpelé par la troublante similitude entre ce que je connaissais de moi-même et ce qui était écrit au sujet de certaines positions planétaires dans mon thème astral. L’ouvrage m’a servi ensuite pour « analyser » les premiers thèmes que mon entourage me confiait, pour s’amuser autant que pour satisfaire un inconscient besoin de se connecter avec l’immensité cosmique, au macrocosme et aux interrogations qu’il suscite. Au fil du temps, ma technique a évolué. Ma pratique de l’astrologie s’est éloignée des critères des « anciens » tout en restant fidèle à l’essence même de cette science, merveilleux outil de développement personnel.

L’étude de l’astrologie est une tâche très ardue pour qui souhaite en faire un usage concret et utile, pour soi autant qu’aux autres. Des centaines de données doivent être intégrées et interconnectées pour en tirer des milliers de notions différentes. En astrologie, on part du principe qu’il n’existe pas deux thèmes identiques. Sachant que nous sommes quelques sept milliards ou presque sur Terre actuellement, il y aurait autant de thèmes différents que d’êtres humains ici-bas…

Quand on se lance dans l’étude de cette science, on ne sait pas tout cela. On est tenté, comme je l’ai été, par une lecture ou une discussion avec quelqu’un de convainquant. Quelle que soit la motivation ou l’influence à l’origine de la décision « d’apprendre l’astrologie », on ne se doute pas de sa complexité. J’avoue d’ailleurs ne pas mettre en avant cette complexité dans mes annonces ou publicités au sujet des cours de l’école ABLAS. Au contraire, j’explique que cette étude est « à la fois simple et ludique », accessible à tous et facile à intégrer en procédant pas-à-pas « au lieu de vouloir tout absorber comme un médicament ou une potion magique. »

Si les premières leçons sont effectivement « faciles », l’élève prend bientôt conscience qu’elle ou il n’est pas au bout de ses peines ! J’ai constaté depuis que j’ai commencé à diffuser mon cours, un « déchet » d’environ 70% du nombre d’inscriptions. C’est énorme ! Plusieurs facteurs interviennent parallèlement aux difficultés d’assimilation des données des leçons du cours. Des événements familiaux ou de toute autre nature peuvent mettre l’étude de l’astrologie au second plan. Surtout quand elle est envisagée dès le début comme un « hobby » plutôt qu’une formation plus sérieuse.

Par contre, la plupart des élèves parvenant à la fin de la première section, continuent avec la seconde et la troisième. L’immersion dans l’initiation à la pratique de l’astrologie leur a « donné le virus ». Dès lors, l’astrologie fait partie intégrante de leur vie. Elle s’immisce dans tous les domaines. Les plus « joueurs » vont s’amuser à reconnaître le signe et/ou l’ascendant des personnalités qu’ils voient à la télé et celles qui font les faits divers. Si apprendre l’astrologie était aussi facile et rapide qu’apprendre à faire du vélo, tout le monde pourrait y accéder. Dans l’état actuel des formations proposées, on est loin de cette possibilité ! 

Et pourtant, en réfléchissant depuis des mois à ce sujet, je suis de plus en plus convaincu qu’il est possible de simplifier au maximum l’enseignement de l’astrologie, sans le bêtifier. C’est pourquoi j’ai décidé de travailler sur l’élaboration d’un cours qui je l’espère révolutionnera l’enseignement de l’astrologie pour démocratiser cette science et la rendre accessible à tous sans avoir à faire de gros sacrifices de temps et d’énergie cérébrale pour absorber facilement et utiliser efficacement la « matière astrologique ». Ce sera ma grande réalisation de l’année 2018 ! En attendant, que cela ne vous empêche pas de vous initier à l’astrologie. Mon cours vous le permettra si vous avez la motivation et un peu de temps à lui consacrer.

En tout cas, je vous remercie de votre intérêt et de votre confiance en mon travail.

Bonne continuation


© Roland Legrand – 28 février 2018

La Pleine Lune du 2 mars 2018

Sunday, February 18, 2018

Conjonction Lune-Uranus ; court-circuit ou explosion ?

Cette conjonction se produit tous les 28 jours environ. Elle n’a donc rien d’exceptionnel. Pourtant, à chaque fois, elle réactive l’énergie du carré Uranus/Pluton et ses conséquences parfois radicales dans la vie de certains d’entre nous. 

La précédente a eu lieu les 23 et 24 janvier. A l’époque on déplorait essentiellement les inondations en France. A Jalalabad, en Afghanistan, un terroriste fait exploser une bombe et fait de nombreuses victimes. Aux Philippines, le volcan Mayon, à 340 km de Manille, crache sa lave haut dans le ciel. Le 28 décembre 2017, encore une attaque terroriste à Kaboul en Afghanistan. On a également parlé de la « tempête Bruno » qui a secoué le littoral Sud-Ouest de la France. Hier, 17 janvier, une série de séismes a secoué l’Ouest de l’Angleterre. Dix millions de personnes l’ont ressenti et ont eu une grosse frayeur. La Terre a tremblé deux fois aussi en France, dans le Var à l’aube du 18 janvier…

Au-delà des éventuelles répercussions météorologiques dérivées de l’influence bien connue de la Lune sur différents phénomènes terrestres, le passage de cet astre sur Uranus ranime de façon cyclique la nature destructrice des terriens. Elle s’exprime différemment d’un individu à l’autre, et les différences sont certainement inhérentes aux configurations adverses présentes dans les thèmes des terroristes (pour ne citer que ces gens-là) qui se réveillent et se concrétisent par des faits marquants lorsque ce genre de conjonction se produit. Notez que l’énergie d’un astre se manifeste toujours très fortement au moment de l’entrée de cet astre dans un signe. On se souvient que la catastrophe de Fukushima s’est produite au moment de l’entrée d’Uranus en Bélier, le 12 mars 2011 à 02h GMT.

Le carré Uranus-Pluton est symbolique d’une tension sous-jacente explosive. On m’a reproché en 2010 de comparer Uranus à l’uranium et Pluton au plutonium, et de m’en servir pour prévenir d’une possible catastrophe nucléaire et de ses conséquences durables sur la nature même de cette énergie remise en cause depuis mars 2011 partout dans le monde…

La Lune est entrée en Bélier aujourd’hui vers midi GMT. On apprend qu’il y a eu un accident d’avion en Iran. Il aurait fait 66 victimes. On apprend aussi les séismes en Angleterre et en France. Ils se sont produits dans la nuit, quelques heures avant l’entrée de la Lune en Bélier. Que va-t-il se passer le 20, lorsque la conjonction Lune-Uranus se produira ? Je n’en sais rien, je ne suis pas voyant… Je serai cependant prudent dans ce que j’entreprendrai ce jour-là. Je ne bricolerai pas avec l’électricité (Uranus) je ne ferai pas d’efforts excessifs soudains, je ne me mettrai pas dans des situations où l’émotionnel pourrait intervenir défavorablement… En somme, je serai prudent toute la journée.

Pourtant, je n’ai rien en Bélier et en Capricorne dans mon thème natal. Et vous ? Vérifiez, car la Lune joue un rôle de détonateur des énergies latentes produites par des transits beaucoup plus lents. Bien qu’elle passe et repasse sur l’astre en question une fois par mois environ, un jour ou l’autre, la « mèche » s’allume à forte d’être frottée… 

Les personnes nées le 19 ou le 20 février auront cette conjonction dans leur thème de Révolution Solaire. Le carré de Pluton peut ainsi devenir plus « menaçant » ou simplement révélateur de profondes remises en question et de changement radical dans un domaine ou dans un autre de leur vie, en fonction de leur thème natal et de la Révolution Solaire…

Les natifs du Bélier du troisième décas sont actuellement soumis à l’effet du transit d’Uranus sur leur Soleil. Le phénomène n’est pas nouveau. Il est actif depuis plusieurs mois, voire plusieurs années. Si la conjonction est exacte (Soleil à 25°40’ Bélier) l’arrivée de la Lune peut produire un regain d’énergie notoire. Changement et régénération pourraient être à l’ordre du jour. Il ne se passera cependant rien de particulier si des configurations favorables (transitaires et natales) soutiennent le Soleil dans ce signe. Cela peut devenir plus contrariant si ce n’est pas le cas…

Mais ne soyons pas fatalistes ! Soyons positifs ! Malgré tout ce qu’il se passe dans le monde, autour de nous et parfois au plus près de nous, la plupart du temps, nous sommes épargnés. Et c’est tant mieux ! Toutefois, la prudence étant « mère du sûreté » si vous constatez dans votre thème des éléments dissonants qui vous font craindre un incident de parcours, ne prenez pas votre voiture. C’est une image, mais elle vaut autant au sens propre qu’au figuré. Personnellement, je m’en tiendrai au minimum de risques à prendre mardi 20 février et j’en ferai de même dans 28 jours aussi. D’autant plus d’ailleurs que le 18 mars, Mars entrera en Capricorne où il rejoindra Saturne et Pluton ! Mais nous en reparlerons dans un prochain article… 

En attendant, si vous souhaitez approfondir le rôle possible de cette conjonction en fonction de votre situation ou de vos projets, quels qu’ils soient, n’hésitez pas à me poser une question en cliquant sur ce lien https://www.ablas-astrology.com/page3.htm et je vous répondrai dans les meilleurs délais.

Passez une bonne semaine - quand même ! :))

© Roland Legrand – ABLAS astrology – 18/02/2018